Imagerie Médicale

La clinique Victor Hugo accueille depuis le 1er février 2018 le centre d’imagerie médicale Léonard de Vinci situé au 43 rue Cortambert dans le 16e arrondissement de Paris.

Au sein du bâtiment de consultations il est équipé d’une table de radiologie capteur plan, d’un échographe et d’un cone beam (pieds et genoux en charge) particulièrement adapté à l’activité chirurgicale de la clinique.

Le site de Cortambert regroupe sur un même site d’imagerie un Scanner équipé d’un logiciel de réduction de la dose de rayons X, une IRM,  4 salles de Radiologie équipées pour l’interventionnel, un Ostéodensitomètre, un panoramique dentaire, 3 salles d’Echographie avec Interventionnel, un Système EOS permettant une étude en charge du rachis et des membres à doses réduites et un mammographe numérique pour les mammographies couplé à un échographe

Le groupe d’imagerie Léonard de Vinci exerce également ses activités IRM et scanner dans les 14e, 15e, 16e arrondissements de Paris et dispose également d’un accès à l’IRM 3 Tesla (IRM 3T).

Les radiologues du Groupe sont particulièrement spécialisés en imagerie de l’appareil locomoteur : Arthroscanner, ArthroIRM, Infiltrations Radioguidées et Echoguidées, échographie musculosquelettique, perpétuant ainsi la spécialisation en pathologie musculosquelettique (pathologie liée au sport, à l’arthrose, aux rhumatismes inflammatoires…).

À notre compétence originelle va s’ajouter maintenant celle de la radiologie viscérale grâce à l’arrivée de médecins spécialistes expérimentés en imagerie digestive, urologique, en mammographie, ainsi qu’en imagerie de l’infertilité et en Echo-doppler

Qu’est-ce que l’échographie ?

L’échographie est une méthode d’exploration médicale au moyen d’ultra-sons. Ils sont émis par une sonde placée sur la peau du patient et traversent la peau grâce à un gel de contact. Ils sont ensuite réfléchis par les tissus qu’ils traversent et enregistrés par la sonde (émettrice réceptrice). Ils sont enfin retranscrits sur un écran sous la forme d’images cadencées qui réalisent un véritable film en temps réel de la région explorée.
L’image échographique est « noir et blanc », mais on peut lui attribuer une couleur si l’on souhaite étudier des particules en mouvement comme les globules rouges. On appelle cela l’effet Doppler qui permet de visualiser et d’enregistrer le flux sanguin.
Si le praticien choisit d’opter pour une échographie en mode 3D, il aura la possibilité de rajouter de la couleur artificiellement.

Pour exemples, les liquides purs apparaissent noirs (anéchogène) sur l’écran. Les tissus ou les liquides épais (mucoïde, hématome) apparaissent gris, les calcifications tout comme le gaz et l’air réfléchissent complètement les ultrasons et sont visibles sous la forme d’une ligne blanche sans aucun écho sous-jacent.
Le médecin applique du gel sur la zone à étudier afin de créer une interface correcte entre la sonde et la peau dans le but de réduire au maximum le risque que l’air n’empêche la propagation des ultra-sons.
L’échographie fait usage des ultrasons, il n’y a donc pas de rayon X utilisé. Aucun effet secondaire n’a été répertorié pour l’homme avec les intensités utilisées par cette technique

Le déroulement d’un examen d’échographie ?

Après vous être présenté à l’accueil du niveau -1, vous serez dirigé vers la salle d’attente au même niveau ou au niveau -2 en fonction du médecin qui réalisera votre examen.
Une secrétaire ou manipulatrice vous fera entrer dans la cabine de déshabillage et le médecin vous demandera de retirer les vêtements gênants pour le déroulement de l’examen.

L’examen se déroule couché ou assis en fonction des organes à étudier. Le médecin passe une sonde en appuyant sur la partie du corps à examiner lui permettant ainsi de visualiser les structures internes. Il peut vous demander de modifier votre position ou votre respiration pour mieux visualiser les organes.
Pour augmenter la précision de certains examens, pour être au plus près des organes à étudier, une sonde spéciale protégée par une poche stérile peut être introduite dans l’anus (voie endorectale) pour étude de la prostate, ou dans le vagin (voie endovaginale) pour étude de la grossesse, de l’utérus, des ovaires.

La durée de l’examen varie selon les régions à étudier et la bonne visibilité peut varier d’un patient à l’autre.
La préparation qui vous est parfois demandée a pour but de favoriser cette visibilité des organes.
Pendant l’examen le médecin réalise plusieurs clichés et les images sélectionnées sont imprimées et jointes au compte rendu. Elles n’ont qu’un rôle d’illustration, la qualité de la reproduction ne permettant en aucun cas de réévaluer, par exemple, un diagnostic.

Pour joindre le cabinet :
  • À La clinique : 01 53 65 53 11 ou le standard de la clinique 01 53 65 53 65
  • 43 rue Cortambert – 75016 Paris : 01 47 04 44 20
  • E-mail

Comment récupérer votre examen d’échographie ?

Vos résultats sont disponibles immédiatement à l’accueil du niveau où vous aurez effectué l’examen après règlement des formalités administratives. Pour obtenir le compte rendu de l’examen, il faudra attendre sur place plusieurs minutes. Nous vous conseillons de demander le temps d’attente à notre secrétaire. Si cette durée est trop longue ou si vous êtes trop pressé, le compte rendu pourra vous être envoyé. Sur demande, un double du compte rendu peut également être envoyé à votre médecin.

La prise de rendez-vous :

Certains examens d’échographies nécessitent des précautions ou une préparation :

  • Échographie abdominale : soyez à jeun depuis 3 heures avant votre rendez-vous, cependant n’oubliez pas de prendre normalement vos médicaments habituels.
  • Échographie vésicale ou pelvienne : lorsqu’il vous est demandé de vous présenter la vessie pleine, n’urinez pas depuis 3 heures avant l’examen. Si vous avez uriné, buvez 4 verres d’eau 1 heure avant.

Quelques références sur l’échographie par les membres de l’équipe : 

  • Comment je fais un bilan échographique des mains et des pieds dans la polyarthrite rhumatoïde ?
    Guerini H, Ayral X, Campagna R, Feydy A, Pluot E, Rousseau J, Gossec L, Chevrot A, Dougados M, Drapé JL. J Radiol. 2010 Jan;91(1 Pt 2):99-110.
  • Echographie des tendons de la coiffe en mode harmonique : les clivages sont-ils enfin visibles ?
    Guerini H, Feydy A, Campagna R, Thèvenin F, Fermand M, Pessis E, Chevrot A, Drapé JL.
    J Radiol. 2008 Mar;89(3 Pt 1):333-8
  • Ultrasound of the ankle.
    Morvan G, Busson J, Wybier M, Mathieu P. Eur J Ultrasound. 2001 Oct;14(1):73-82.
  • Echographie des tendons et des ligaments du pied et de la cheville.
    Morvan G, Mathieu P, Busson J, Wybier M. J Radiol. 2000 Mar;81(3 Suppl):361-80.
  • Echographie ostéo articulaire du genou et de la hanche. Mathieu M ; Wybier M ; Morvan G
    Journal de radiologie (Paris) 2000, 81, 353 – 360
  • Sonographic appearance of trigger fingers.
    Guerini H, Pessis E, Theumann N, Le Quintrec JS, Campagna R, Chevrot A, Feydy A, Drapé JL. J Ultrasound Med. 2008 Oct;27(10):1407-